CATALOGUE dedans dehors autour-1
Texte

Dedans, dehors, autour. État du corps

Date : Novembre 2008

L’article « Dedans, dehors, autour. État du corps » a été publié dans le catalogue de la Biennale Internationale Design 2008 par la Cité du design de Saint-Étienne.

Auteurs : Roxane Andrès et Marc Partouche

Le design du domaine médical ne se rencontre pas seulement à l’hôpital, il est présent à domicile, chez le médecin, à la pharmacie, dans les centres spécialisés, dans les maisons de retraite, en situation d’urgence, dans les laboratoires de recherche : c’est cet ensemble qui fait l’objet de l’exposition thématique Dedans, dehors, autour. États du corps de la Biennale Internationale Design 2008 Saint-Étienne. Le monde médical et ses différents contextes créent des microcosmes de soin où le design peut intervenir de façon encore plus conséquente. Les rencontres entre design et santé sont aussi diversifiées qu’il existe de scénarios médicaux. Le design peut ainsi travailler à l’amélioration des soins donnés aux patients ou imaginer de nouveaux appareils de diagnostic et d’intervention pour les médecins et le personnel soignant. Le design peut se rapprocher de la recherche scientifique en innovant dans les domaines des organes artificiels ou des implants et biomatériaux. Les services à la personne sont l’objet d’attentions particulières, notamment en ce qui concerne le maintien à domicile ou la robotique et la e-santé qui proposent de faciliter l’accès à l’information médicale par le biais des télécommunications. Le designer peut enfin repenser la notion de soin et imaginer des contextes d’évolution des pratiques médicales à venir ; les projets sont alors prospectifs, mais reliés à des études concrètes de comportements, de distribution, d’information… L’importance des questionnements autour de l’humain, de l’amélioration de la vie, de la protection et la réparation des corps nécessitent que s’engage un dialogue entre les entreprises du secteur, les designers, les institutions de santé et le grand public ; l’enjeu médical est au coeur d’un débat social et économique quotidien. L’extrême diversité de savoirs et de techniques qu’il convoque (technologies médicales, objets, matériaux et biomatériaux, anthropologie, sociologie, télécommunications, arts, économie, imaginaires collectifs et individuels…) placent le design médical au centre d’un réseau riche et complexe rassemblant designers, chercheurs, scientifiques et industriels. Ce réseau de professionnels et le contexte régional favorable au développement de partenariats entre design et entreprises du secteur médical ont conduit la Cité du Design à initier la création d’une chaire de recherche dans le domaine du design médical. En effet, la région Rhône-Alpes, et particulièrement le département de la Loire, regroupe un nombre important d’acteurs de la santé et d’industriels du médical. Le Pôle des technologies médicales de Saint-Étienne met en réseau un grand nombre de ces acteurs afin d’instaurer un dialogue nécessaire entre les différents métiers concernés. La tradition textile (passementerie) de la région couplée à la haute technologie a permis de hausser le secteur des textiles médicaux (bandage, contention, compresse, implants textiles…) à une échelle internationale. Le Design pour tous (design for all) est une réflexion menée internationalement par des projets adaptés à des minorités de population, notamment les personnes blessées, handicapées ou âgées. L’exposition Dedans, dehors, autour. États du corps propose un regard sur des démarches technologiques et des propositions plus sensibles, mettant en oeuvre tous les métiers du design, de la conception d’objets au développement de matériaux, en passant par le graphisme et le design de services. À l’image de la complexité et du potentiel d’innovation du design médical, les supports et les échelles de l’exposition sont variés : objets, installations, écrits, projections, vidéos, photographies composent un parcours transversal.

1. Dedans : endo-prothèses, biomatériaux, implants, organes artificiels

Les biomatériaux sont des matériaux non vivants utilisés dans un dispositif médical destiné à interagir avec des systèmes biologiques. Ils peuvent être composés de métaux et alliages métalliques, de céramique, de polymères ou de matériaux d’origine naturelle (coquille de crabe, corail, collagène, extrait d’algues marines…). Les biomatériaux intègrent le corps et se concrétisent sous diverses formes : lentilles, prothèses orthopédiques (hanche, coude, genou, poignet), ligaments et tendons artificiels, cartilage, remplacement osseux, broches, valves cardiaques, coeur artificiel, cathéters endoveineux, rein artificiel portable (1). Dentelles technologiques à porter en soi, les implants textiles Textile Hi-Tec sont façonnés par des « petites mains » et trouvent leur place dans tout le corps humain : ligaments, filets de réfection de paroi en chirurgie digestive, membranes artificielles neurochirurgicales (2). Autre concrétisation des biomatériaux: les organes artificiels, solutions alternatives au manque de greffons et aux difficultés rencontrées lors de transplantations humaines. Le professeur Kazuo Kawasaki, chercheur et designer japonais, s’interroge sur les préoccupations en matière de transplantation d’organes. Les coeurs artificiels qu’il conçoit sont considérés comme une technologie alternative aux transplantations cardiaques. Les coeurs artificiels TAH intègrent dans leur conception des formes mathématiques et des topologies non utilisées auparavant dans le domaine médical. Anneaux de Möbius, bouteille de Klein, tuyaux ondulés constituent la structure de ces pompes (3).

2. Dehors : exo-prothèses, orthèses, attelles, textiles de soin, prothèses auditives, ceintures de maintien

Hanches, épaules, genoux, pieds sont recréés aujourd’hui à partir de biomatériaux, d’exo-prothèses, de membres artificiels et de technologie bionique. La médecine ici invite à revisiter la tendance qui consiste à dévaloriser l’artificiel et à tenir pour bon tout ce qui est naturel. L’imaginaire de l’homme artificiel et du robot humanoïde n’est plus de l’ordre du fantasme. Le corps en pièces détachées existe, il se fabrique, se vend et fait l’objet de recherches interdisciplinaires, fusionnant l’électronique, la mécanique et la physiologie humaine. La technologie bionique [bi(o) + (électr)onique] appliquée au domaine de la prothèse se traduit par l’intégration de composants électroniques et/ou mécaniques, définis comme structures intelligentes, destinés à remplacer ou à améliorer une structure anatomique ou des processus physiologiques humains. L’expression intelligence artificielle (AI) est utilisée lorsque qu’un ordinateur ou une autre machine est capable d’adapter ses actions en réponse à des situations variées ou vécues d’un système qui peut acquérir et exploiter des connaissances. Il peut répondre comme un humain pour compenser les charges, réduire les vibrations, changer de forme et éviter leur propre dégradation. L’application de structures intelligentes dans l’univers de la prothèse offre de nouvelles perspectives dans le remplacement de nécessités physiologiques. L’utilisation de capteurs, microprocesseurs, logiciels, intelligence artificielle et systèmes électromécaniques participe à la restauration des fonctions sensorielles (4). La prothèse remplace un membre manquant alors que d’autres systèmes de soin existent pour compenser une fonction absente ou détériorée pendant une phase de réadaptation. C’est le cas des orthèses, attelles, bandages. Le corps est soutenu grâce à des structures tissées, des résines, des plastiques modelables (5, 6).

3. Autour : ensembles médicalisés, robotique, appareil de mobilité, matériels de diagnostic, instruments de chirurgie, médicament, prévention, services e-santé, systèmes de soins futurs, secours

Une multitude d’objets et de réflexions gravitent autour du corps médicalisé. Appareils de mobilité, support de soin pour patient et médecin, e-santé, maintien à domicile, scénarios de soins futurs, autant de domaines où le design s’investit aux côtés de chercheurs et d’industriels. Les objets médicaux peuvent être destinés au patient ou au soignant. Mieux soigner et mieux se soigner par des objets tels qu’un pilulier intelligent rappelant au patient quand prendre son médicament ou une seringue jetable sécurisée afin d’éviter les accidents de contamination pour le personnel soignant. Une étude à été menée par Ergonomidesign afin de montrer comment le patient abordait l’injection différemment selon le groupe d’âge, le pays, la religion, la culture… Genotropin Pen traite les enfants et adultes souffrant d’une déficience en hormones de croissance. Le système d’injection fonctionne avec une aiguille intégrée, cachant l’aspect « piqûre » et stabilisant l’injection. Cet appareil est conçu pour des personnes qui devront faire des injections quotidiennes durant toute leur vie. C’est pour cette raison que l’objet a été pensé de manière à ce qu’il soit personnalisable grâce à un système de plaques interchangeables comme pour les téléphones portables, un choix multiple de coloris et la possibilité d’accrocher des bijoux ou gri-gris (7). Les produits créés par Kazuo Kawasaki dans le cadre de Peace-Keeping Design (PKD) ont pour enjeu de venir en aide aux populations des pays en difficulté, touchés par la guerre, la pauvreté, une catastrophe naturelle. Les premiers produits du PKD, un système de vaccination sécurisé et de nouvelles méthodes de répartition des blessés en cas de catastrophe, ébranlent la conception des traitements médicaux habituels dans les pays en difficulté. Ces concepts sont devenus de puissants outils et des solutions concrètes qui mettent en relief les problèmes existants avec les soins médicaux dans les pays pauvres.

Parmi les problèmes qui peuvent affecter la sécurité des patients, l’emballage des médicaments est source d’incompréhension ou d’erreurs qui peuvent s’avérer très graves. Ces erreurs peuvent s’introduire à chaque étape de la chaîne du médicament : prescription du mauvais médicament, problème dans la distribution et le stockage, le patient se trompe sur la dose ou sur le médicament à prendre. Les erreurs de médication augmentent de façon spectaculaire chez les personnes âgées et le design d’un emballage doit tenir compte de ce changement démographique dans le but d’avoir un impact positif sur la sécurité des patients. Les facteurs de risque sont liés à la conception même de l’emballage et à son identité graphique. Le Centre Helen Hamlyn a travaillé sur ces questions durant plusieurs années, il en résulte une série de publications d’orientation destinées à l’industrie médicamenteuse et au design d’emballage (8). Ce projet de communication explore l’impact qu’une meilleure information pourrait avoir sur l’amélioration de la prescription et sur la sécurité des patients. Le projet a débuté avec une analyse précise de chaque erreur pouvant être commise par les patients. Des questions essentielles telles que la facilité d’identification, le respect des dosages et l’information ont été mis en évidence. La vieillesse est une préoccupation entraînant les entreprises et designers à créer dans le cadre du maintien à domicile et de l’autonomie des personnes âgées. Des solutions à plusieurs niveaux sont envisagées. Orange se positionne sur le secteur de la e-santé, rencontre entre nouvelles technologies de soin, de l’information et de la communication. Le concept de e-santé consiste en un ensemble de services visant à améliorer l’accès aux informations médicales ciblées dans trois domaines : la relation médecin/patient, l’administration de la santé et les soins à domicile. Des services et équipements pourraient sauver des patients grâce à des interventions plus rapides et mieux informées.

La haute technologie incarnée par le domaine de la robotique met en œuvre tous les moyens pour développer de nouveaux assistants pour les personnes âgées dans le cadre du maintien à domicile. Les robots du professeur Kawasaki incarnent les principes fondamentaux de la robotique. Ils réagissent en interaction avec le propriétaire ; ils peuvent envoyer et recevoir des données sur le réseau et être contrôlés à distance. Ils peuvent également être personnalisés à l’environnement donné par le biais de modules d’extension. L’évolution de la population, des technologies et des sociétés s’incarne par le design prospectif qui donne à voir des scénarios de soins futurs. Une nouvelle approche de notre relation à la pharmacie a été imaginée par le designer James King qui propose cinq types de futures pharmacies potentielles. De plus en plus de gens cherchent à s’occuper activement de leur santé, et la relation traditionnelle entre le pharmacien et le patient est en train de changer. Des entretiens avec plusieurs utilisateurs de la pharmacie ont aidé à identifier les sources de mécontentement et à révéler de nouvelles opportunités et fonctions pour la pharmacie (9). Le travail de Revital Cohen est fondé sur la recherche et explore les interactions entre la technologie, la biologie et la culture. Alors que l’anatomie humaine se gaine de capacités technologiques, où le corps finit-il et où la machine commence-t-elle ? Le cadre de téléprésence domestique est un objet qui utilise le fait que les fonctions corporelles puissent être numérisées afin de créer une nouvelle forme de téléprésence. Permettant à des êtres chers d’être constamment informés de votre état physique, le cadre de téléprésence enregistre et stocke les informations médicales, gardant en mémoire les signes de votre dernier souffle. Étonnamment confiné aux périmètres de la cosmétique et de la médecine (en langue française), le soin est une valeur universelle et transversale que le mot anglais care qualifie plus justement. L’idée du soin est une inspiration qui habite tous ceux qui se soucient du bien-être primordial de la personne, du premier cri au dernier souffle. Respect, attention, prévenance, délicatesse, légèreté… le contenu émotionnel et philanthropique de la valeur soin est un formidable prisme d’anticipation créative et conceptuelle pour repenser et designer les fondamentaux du grand quotidien.

______

NOTES :

1. Serf a pour vocation la conception et la production d’implants orthopédiques destinés au remplacement d’articulations endommagées par fracture ou usure.

2. Textile Hi-Tec fabrique des implants orthopédiques et des produits de chirurgie digestive : Bio-tex ligaments, Hitex composite, Hitex polyester, etc.

3. Total Artificial Heart (TAH), trois modèles de cœurs artificiels , Initial model, 2nd model, 3rd model, par Kazuo Kawasaki.

4. Proprio Foot™ d’Össur est un pied intelligent répondant et s’adaptant aux changements de terrain : il modifie l’approche des escaliers et des pentes. Son système de réglage automatique à l’angle de la cheville permet aux utilisateurs de s’asseoir et de se mettre debout plus naturellement.

5. Orthèse Unloader One® d’Össur.

6. Le bracelet anti-épicondylite ELBOWGIB™ de Gibaud est un bracelet anatomique réglable, filtrant progressivement les vibrations par des coussins élastomères. Cette orthèse est utilisé dans le cas de personnes atteintes d’épicondylite, un trouble musculosquelettique du membre supérieur.

7. Genotropin Pen, Ergonomidesign.

8. L’amélioration de l’étiquetage permet au personnel d’accéder facilement aux informations importantes. Ce projet de communication explore l’impact qu’une meilleure information pourrait avoir sur l’amélioration de la prescription et sur la sécurité des patients. Le projet a débuté avec une analyse précise de chaque erreur pouvant être commise par les patients. Des questions essentielles telles que la facilité d’identification, le respect des dosages et l’information ont été mis en évidence. La publication du Centre Helen Hamlyn concernant les directives de conception d’emballage, montre des dessins et des modèles types illustrant les meilleures pratiques. Des indications sont fournies à tous ceux qui sont impliqués dans la conception, le développement et la fourniture d’emballages de médicaments.

9. Potential Pharmacies est une recherche du designer James King en collaboration avec Lloydspharmacy, The Helen Hamlyn Centre, Design Interactions, Royal College of Art.