expo-évian-vue0
Exposition

Une incertaine organisation du chaos

Lieu : Biennale d’art contemporain de Lyon - Résonance, Galerie 29, Évian
Date : 19 décembre 2013 - 28 janvier 2014
Type : Exposition collective

L’exposition Une incertaine organisation du chaos est proposée dans le cadre des 30 ans de la MAPRA (Maison des arts plastiques de Rhône-Alpes), qui présente pendant la durée de la Biennale d’art contemporain de Lyon 2013, 8 artistes dans 8 lieux d’expositions sélectionnés dans les 8 départements de Rhône-Alpes.

L’exposition Une incertaine organisation du chaos  propose d’arpenter un ensemble de projets et de dessins narrant une fable organoplastique. La pratique créatrice de la greffe, l’entrelacement des matériaux et la conception aléatoire questionnent la rencontre entre l’organe et l’objet et nous achemine vers une possible néogénèse des formes.

Les filaments dessinés poursuivent leur parcours dans les productions tentaculaires qui s’entrelacent, s’enroulent et se multiplient ; les linéaments de porcelaine forment des agglomérats noueux, le bois tente de fusionner avec le grès ; les greffes donnent naissance à des formations organiques aléatoires : le va-et-vient constant entre les traits du dessin et les filaments textiles forme une lecture par nappes – une lecture tissulaire – où se croisent la fabrique des objets et la fabrique du corps humain. Les dessins font écho aux productions en volume, ils poursuivent de manière formelle ou narrative le récit de cette rencontre entre le vivant (organique et animal) et les systèmes de production.

L‘esquisse de cette néogenèse des formes achemine notre regard vers une vision organique, entrelacée et tissulaire des objets ; elle s‘accorde à une nouvelle conception des moyens de production et de création de nos artefacts. Le glissement de territoire du corps à l’objet provoque une résurgence de la pratique du textile et de ses modèles constitutifs générant de nouveaux modes opératoires : nouer, tresser, filer, entrelacer sont des gestes aussi bien techniques que métaphoriques attestant la complexité (ce qui est fait de nombreux plis) de la conception de l’objet et du corps. Le matériel biologique (le chromosome, la cellule, les tissus, les organes, les vaisseaux, etc.) redonne au textile une présence inédite qui intensifie le modèle structurel organique dans la constitution des objets.

L’objet se file et se défile (au sens où il se dérobe à la fonction que l’on attend de lui), il devient une quasi-écriture, et témoigne d’une organicité devenue autonome résorbant la distance entre l’organe et l’objet.

Liens:

www.2013.labiennaledelyon.com
www.galerie29.org